A la découverte de la Normandie

Comme il nous fallait bien un entrainement à ce tour des Amériques, nous sommes partis explorer les terres Vikings à bord d’une Super 5. Pourquoi la Normandie ? Parce que la Normandie est une aventure en soit déjà, surtout quand on vit à Rio de Janeiro depuis si longtemps. En route pour le pays du cidre, du camembert et des vaches sous la pluie. 

A bord de la Super 5 édition Saga aka la Swaga mobile (baptisée ainsi par notre copain Benoit, ébahi devant le swag indéniable de mon automobile).

Haaaaa la Normandie ! Ses prairies verdoyantes, ses falaises qui ont inspiré tant d’artistes… sa RN13 sous la pluie aux abords de la ZAC de Rouen rive gauche. Oui parce qu’il faut dire que pour les parisiens en goguette, les premiers kilomètres normands n’envoient pas du rêve. Ceci est notre premier constat sur ce pays fascinant qu’est la Normandie. Stupeurs et tremblements, voici une liste de nos découvertes :

[1] « Ha bah tiens, y r’pleut! » est l’expression la plus entendue. Dans un pays où le soleil est accueilli comme un moment de répit surprise, il est important de préciser le retour à la normale.

 

[2] Les rouennais sont obsédés par Jeanne d’Arc. Il faut savoir que toute la ville tourne autour de la plus célèbre des pucelles-brûlées-vives-avec-une-coupe -de-cheveux-raté. En son centre trône évidemment la cathédrale Jeanne d’Arc, mais vous trouverez aussi la rue, le lycée, l’école puis l’agence immobilière Jeanne d’Arc, la boulangerie, le café, le caviste, et même un confiseur qui rend hommage « Aux larmes de Jeanne d’Arc », tout un programme.

[3] Le bûcher de Jeanne d’Arc est moins impressionnant que ce qu’on pouvait s’imaginer. Non pas qu’on se soit attendu à un mémorial de dingue, mais on espérait quand même mieux qu’une étrange croix dans un coin de jardin, surtout de la part d’une ville manifestement obsédée par celle qui entendait des voix.

[4] « Rouen est la ville aux 100 clochers… et aux 100 kebabs. » Et en plus ils sont bons. C’est à savoir.

[5] Les vaches normandes sont super classes. 

Meuh elles sont trop belles !

[6] Les cotentinais ou les autochtones du Cotentin, adorent aller au marché, acheter des sandwichs à la saucisse fermière avec des vraies frites et manger tout ça à la Civette (nom donné au bar-pmu du coin)C’est comme ça, c’est la tradition.

[7] Fun fact: La rade de Cherbourg est la plus grande rade artificielle d’Europe et la seconde au monde, après celle de Ras Laffan au Qatar. Elle a une superficie d’environ 1 500 hectares, soit de quoi aligner 6 millions de vaches normandes. Qui l’eût cru !

[8] La population locale se nourrit essentiellement de crème fraîche, de pommes et de pomme de terre. Et parfois de camembert.

[9] On ne dit plus Cherbourg mais Cherbourg-en-Cotentin. Et cela depuis que la ville est devenue une super agglomération en 2016. En plus ça fait classe.

Faux, c’est Cherbourg-en-Cotentin maintenant !

[10] La côte de la Hague est belle, sauvage et rebelle, ses couleurs sont vibrantes et pastel à la fois, ses embruns donnent envie d’y larguer ses amarres. C’est tellement beau que ça donne envie de rando.

Bref, la Normandie ? C’est vachement bien !

.

Erratum: Suite à la parution de l’article, un lecteur tatillon que l’on nommera JM pour plus d’anonymat, nous a contacté afin de nous faire part d’une erreur au sujet des vaches sus-citées.

Une photo de « vraies » vaches normandes

« Rhaaaaa, grosse erreur sur ton article sur la Normandie, c’est pas des vaches normandes que tu asmis en photo, mais des holdsteins, qui viennent à l’origine de Hollande. Je t’ai mis une photo de vrais vaches Normandes, elles sont toujours blanches et marron, et ont toujours toujours re-toujours des lunettes de couleurs autour des yeux. C’est à dire des taches maarons sur fond blanc. Oh l’erreur. »

Merci JM pour ces précisions.

Abonnez-vous à la newsletter !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *