Tu sais que tu es à Ushuaïa quand…

Ce n’est pas le tout d’aller au bout de la route, encore faut-il savoir si on est bien arrivé. Comme on est sympa, on vous aide un peu. Tu sais que t’es à Ushuaïa quand :

– Tu paies 10€ ta bière (oui, c’est cher pour l’Argentine et l’Amérique du sud en général).

Gaël vient de boire 1€

 

– A 9h30 du matin il fait encore nuit noir, qu’à midi tu te dis « ah tiens il fait jour » et que 5 heures après il refait nuit.

Ushuaïa à 17h30, c’est beau mais un peu tôt pour faire dodo.

 

– Tu n’arrives pas à rater une photo tellement les lumières sont incroyables et les paysages majestueux. Ushuaïa est une carte postale à 360°.

Pour preuve, ici le chemin vers la lagune Esmeralda, vue de gauche.

 

Le même chemin, vue de face.

 

Et la vue de droite

 

 

– Quand on te rappelle tout le temps que tu es au « bout du monde ». Alors que c’est même pas vrai.

La fin de la « ruta 3 » qui va de Buenos Aires jusqu’au bout du bout de l’Argentine.

 

 

– Tu as une station de ski au pied d’un glacier avec vue sur mer.

En contrebas, vous pouvez voir le centre d’Ushuaïa et le canal Beagle.

 

– Tu as toujours, toujours la queue à la station service et ce, même à minuit en semaine. Nous n’avons toujours pas trouvé d’explication à ce phénomène.

Deux jeunes gens ravis d’avoir enfin pu faire le plein.

 

 

– Avant d’y aller tout le monde te dit: « Tu vas à Ushuaïa l’hiver ? Attention, il va faire super froid et c’est super cher. »

Ok, il fait super froid, ok, c’est cher mais on est content.

 

– Peu importe la route que tu prendras, t’iras forcément au nord.

Au bout, c’est le nord.

 

– Tu as l’impression de vivre dans un filtre Instagram.

Ici, devant vos yeux, le filtre « coucher de soleil en terre de feu ».
Abonnez-vous à la newsletter !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *