Entre l’Amazonie péruvienne et la côte équatorienne, il y a un sandwich multicolore

Suite à nos aventures amazoniennes, nous étions en sursis. Il nous restait trois jours sur nos visas pour parcourir les 1092 km qui séparaient Yurimaguas, notre porte d’entrée vers l’Amazone et Mancora qui sera notre porte d’entrée vers l’Equateur. 

Comme nous revenions sur une grande partie de nos pas, nous connaissions déjà la route, nous étions prêts à en baver. Baver voulant dire, passer 10h à 12h par jour sur des routes de montagne sinueuses, avec des camions fous et pas toujours assez de place pour deux ; avoir le dos en compote, dormir dans des motels de camionneurs, manger des nouilles chinoises sur le lit et s’écrouler de sommeil. 
Le Pérou est comme un escalier qui mène de la mer aux Andes. Chaque palier ayant ses paysages et ses cultures, tellement distinctes les unes des autres, comme si on avait aligné quatre pays les uns à côté des autres pour en faire un sandwich multicolore. Nous avions trois jours et autant de mondes à traverser. 

Nous sommes sortis de la jungle et de sa moiteur si particulière pour gravir les Andes. Une fois arrivés sur l’Altiplano, nous sommes happés par la brume et les cimes. Le fond de l’air est frais, la vie y est austère et la pluie, incessante. La coupure entre ces deux univers si différents est nette. En à peine quelques kilomètres, un scénographe fou change radicalement le décor, sans entracte. 
Autre scène, changement de la toile de fond en descendant l’Altiplano pour rejoindre la sierra, ses vertes collines et ses canyons ocres. Sous ces latitudes, la cordillère a craquelé la terre. Ici, pas de vastes plaines, mais des profondeurs béantes, insondables à côté de hauteurs ciselées par un sculpteur mégalomane. La route continue de défiler sous nos yeux et les pneus du Tucson. Au fil des kilomètres, l’air s’assèche, le soleil cogne plus fort et les montagnes russes laissent place aux plaines désertiques. Un paysage lunaire aux couleurs beiges, de la poussière partout et de la vie nulle part. Quand le désert plonge dans la mer, nous sommes arrivés sur la côte, dernière étape de nos 3 mois péruviens. 

Nous quittons le Pérou le cœur léger parce que même si nous avons passé de bons moments dans ce pays, nous ne nous y sommes pas attachés. Pourquoi ? Les pays, c’est comme les gens, question de feeling. Nous n’avons pas tellement accroché avec la personnalité du Pérou. 


Au deuxième acte de cette histoire, le changement de décor a été rapide et brutal. Nous n’avions jamais vu un changement aussi radical du paysage, de part et d’autre d’une ligne aussi imaginaire qu’une frontière. Côté péruvien, c’est le désert sec, côté équatorien, nous arrivons dans une jungle humide. Les premiers cents kilomètres de route sont bordés de plantations de bananes. 

Et une fois arrivés là, nous n’avions aucune idée d’où aller. Avant ce voyage, nous ne savions absolument rien sur l’Equateur, autant nous avions quelques clichés en tête pour le reste des autres pays, autant l’Equateur était une grande page blanche à notre imaginaire. Et c’était bien comme ça. Nous voulions laisser cette page vierge de toutes images. L’Equateur était alors un cadeau surprise que nous voulions déballer à l’heure venue, après le passage de frontière. Résultat, nous ne savions où aller. Une seule envie, glandouiller en bord de mer. Nous avions vaguement entendu parler de Montanita, on nous avait dit que c’était une station balnéaire pour jeunes équatoriens en quête de surf et de fêtes. Sur ce, Montanita, ce sera. Nous avions deux jours pour nous remettre de nos dernières semaines de routes et de roots avant l’arrivée de Benoit, l’amigo qui était déjà venu passer ses vacances avec nous entre l’Argentine et le Chili.
Montanita fut une agréable récréation. Pour ceux qui penseraient que notre road-trip sud-américain n’est qu’une succession de fiesta sur la plage, que nenni. Nous avons été trop mal habitués au Brésil, à sa joie de vivre permanente et ses fêtes à chaque coin de rue. Le reste de notre Amérique du sud est, en comparaison, plutôt sérieuse et très tranquille. Si vous cherchez des plages de rêve et le silence passez votre chemin, mais si comme nous, vous vous voulez enfin un endroit où les gens sont sympas et font la fête dans la rue, arrêtez-vous à Montanita. Nous avons passé notre temps à bien manger, à bien boire et à regarder les fêtards qui passaient sous nos yeux. Entre 20h et minuit, le spectacle offert par les noctambules de Montanita est bien plus passionnant qu’une novela. Nous avons passé nos journées à imaginer des scénarios avec les personnages qui passaient devant nous, nous avions les récurrents, les héros, les sales-gueules et les jeunes filles en détresse. 

Après avoir vu défiler les paysages à toute vitesse, il était bon de s’arrêter pour voir les gens défiler sous nos yeux. L’aventure commence souvent au coin de la rue, les voyages aussi. Il suffit souvent d’une chaise pour voir défiler les heures et le monde devant ses yeux.


Dans le prochain épisode, vous découvrirez comment Benoit nous a concocté des vacances aux petits oignons le long des Andes équatoriennes.

Abonnez-vous à la newsletter !

2 Responses to “Entre l’Amazonie péruvienne et la côte équatorienne, il y a un sandwich multicolore”

  • PePito del NovelO Répondre

    Très bel article. Haletant! (a la Jack Bauer, on imagine le compte À reBours dans le tuctuc… et la grosse cuite à l´Arrivée 🙂 )
    Ps: désolé mais rien ne vaut la Rosa de GuadalUpe

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *