Ushuaïa c’est pas que du shampoing !

Ushuaia, c’est au bout de la route. Au bout du grand trait tiré entre Buenos Aires et le bout du continent américain. Sur la route, les grands espaces et des horizons à perte de vue. Puis parfois, au loin, un peu de bleu et beaucoup de blanc. Le vent mélange l’écume aux nuages, la mousse de la mer se confond avec celle du ciel. C’est beau, c’est grand, c’est blanc et on s’en lasse pas.

Le Tucson prêt à avaler des kilomètres de vide patagon.

Pour y arriver, nous avons fait quelques haltes dans des villes construites à la va-vite autour du pétrole. Ça donne des cités industrielles, mornes, grises, comme un copier-coller de Sims city le long de la côte. Rio Gallegos, Comodoro-Rodovia, Rio Grande… des villes construites à la chaîne. De tels copier-coller que même les noms de rues sont tous les mêmes. C’est comme au Scrabble, il y a un stock de toponymes, quand une nouvelle rue est construite, t’as plus qu’à piocher dans le sac et le placer à l’endroit approprié. En général, l’avenue principale s’appelle la San Martin, du nom du héro sud-américain. La San Martin sera généralement croisée par une Maipu, une ’11 de julio’, une ’25 de mayo’, la Belgrano bien sûr, Bartolomé Mitre, Rivadavia, puis quand les dates historiques et les généraux ont reçu leurs hommages, on passe aux noms de villes et de provinces argentines. C’est comme ça.

Au bout de la RN3, il y a la mer et un ferry qui relie l’archipel de Terre de feu au continent. Comptez environ 30 min de traversée et des chansons kitsch sur la radio du bateau. Une fois arrivé à bon port, c’est le début de la traversée du vide. Il faut savoir qu’après moult disputes entre l’Argentine et le Chili, sur qui aura la plus grosse part de Terre de feu, l’île s’est retrouvée coupée en deux de manière un peu étrange.

Sandwich argentino-chilien ou l’absurdité des frontières.

Ce qui fait que pour aller à Ushuaïa, il faut traverser un bout de Chili et passer 4 postes frontières. Le premier poste argentin, pour indiquer que vous vous dirigez vers le Chili, puis quelques kilomètres plus loin, le poste chilien où vous devez passer tous les contrôles nécessaires, notamment au niveau des denrées alimentaires. Nous avons oublié de déclarer des pommes et du miel, ce qui nous a valu une fouille approfondi de la voiture. Les pommes ? No passaran !  Les contrôles sont rigoureux pour ne pas dénaturer la faune et la flore locale avec des espèces endémiques.

Puis c’est la traversée du désert patagon. On pensait avoir connu les routes du vide mais ce ne fût rien par rapport à la Terre de feu chilienne. En 200 km, nous avons seulement croisé un café et un petit resto routier à côté de la frontière sud. Par contre il y a moult arrêts modernes avec une poubelle et des lampadaires alimentés par des panneaux solaires. Nous n’avons pas trouvé d’explications à ces bas côtés aussi bien aménagés. Notre meilleure supposition reste que les camionneurs doivent pouvoir s’arrêter pour jeter leurs paquets de chips et avoir assez de lumière pour ne pas rater la cible. Si vous en avez une meilleure, vous êtes priés de vous manifester, merci.

L’aire du vide et de l’arrêt poubelle.

Au milieu de cette diagonale du vide, vous trouverez Cerro Sombrero. Un village du pétrole avec quelques maisons, un hôpital, un petit hôtel, un gymnase et c’est tout. Nous y sommes arrivés affamés et à la quête d’un endroit où dormir dans le tuctuc. Nous avons fait plusieurs fois le tour du patelin à la recherche d’un endroit pour se sustenter, rien. Nous avons trouvé une toute petite épicerie fermée, apparemment l’hôtel propose parfois des repas, mais ça c’est quand il est ouvert. Nous sommes alors repartis broucouilles et le ventre criant famine. On aurait bien mangé des pommes mais elles pourrissaient au fond de la poubelle des douaniers.

La nuit tomba et la route de bitume laissa place à de la piste boueuse avec quelques trous. Nous avons roulé 2h dans un vide sidéral parfois animé par le passage d’un camion. Au bout du chemin, San Sebastian et la deuxième frontière argentino-chilienne de la journée. Nous avons croisé un de ces couples de cyclistes-tourdumondiste que l’on voit sur tous les bords de routes improbables. Ils sont reconnaissables par leurs polaires rouges, leurs vélos chargés comme des mules et des stickers avec le nom de leurs blogs, généralement un truc du style « ben&jerrysurlesroutesdumondesabrasouvertsverslinconnu.com » et un logo kitsch à base de roues de vélo et de globes terrestres. On ne compte plus les refuges, postes frontières ou autres, dont la moindre surface vitrée est recouverte de stickers de gens à moto ou en vélo, parfois en van mais c’est plus rare parce que ce sont des allemands.

Bref, sans stickers mais avec la faim au ventre nous passons le poste frontière après une journée sur le territoire chilien. De l’autre côté de la ligne, un petit resto routier tout croquignolet, avec de bon gros sandwich, des frites bien huileuses comme on les aime et un chef avec toque. C’est simple le bonheur.

Tolhuin, dernier arrêt avant Ushuaïa !

Nous sommes arrivés à Tolhuin après un passage express à Rio Grande, une des villes pétrolières préfabriquées sus-cités, sauf qu’en Terre de feu. Nous avons garé Nelson dans un camping tenu par un artiste de la récup’ au bord du splendide lac Fagnano. Tolhuin est une petite ville fort sympathique et encore un peu à l’abris du tourisme de masse, avec des vrais gens itout. La principale attraction de la ville, en dehors de l’incroyable lac surplombé de majestueuses montagnes aux éblouissantes neiges éternelles, c’est sa boulangerie. Oui, une boulangerie. Elle est quotidiennement prise d’assaut par des cars de touristes à la recherche de sandwich-triangle [NB : n’importe où en Argentine vous trouverez des sandwichs triangle à base de pain de mie sans la croûte, jamais de croûtes, de jambon et de fromage] et d’empanadas. Sur les murs, le proprio s’affiche avec des stars argentines, en salle, il a reconstitué le bureau d’un célèbre médecin argentin. Pas plus d’explications. En soi, elle n’a rien de dingue cette boulangerie, pas vraiment de charme particulier mais c’est l’institution de la ville que voulez-vous.

Bateau échoué sur le lac Fagnano ou Kani pour les indigènes.

Alors comme ça Ushuaïa, c’est pas que du shampoing ?

Et non. C’est surtout une ville. Grande, la ville. Jolie ? Nan pas vraiment. Mais elle a le bon goût de se nicher dans une nature exubérante de beauté où la moindre montagne vous balance des uppercuts dans les yeux. Et paf, prend ça dans ta face sale touriste ! Tu te crois malin avec ton aventure de bout du monde et bah je vais pas te faire regretter tes heures de route. Et bim, de la beauté dans les mirettes sans crier gare.

Ici, on te rappelle à tout bout de champs que tu es au bout du monde. Alors qu’en plus c’est même pas vrai, le bout du monde est chilien, il fait face à Ushuaïa et il s’appelle Navarino (spoiler : ce sera notre prochaine étape).

Nous y avons bu des bières artisanales au pub le plus austral du monde, le Dublin, nous avons pris une photo de touriste devant le Hard rock café et nous avons rencontré un couple d’australien en tour d’Amérique. Expérience touriste remplie. Et comme nous sommes de bons touristes, nous avons visité le musée pénitencier d’Ushuaïa. Une ancienne prison (la plus australe donc) reconvertie en musée du bout-du-monde. Sur le papier ça partait bien mais en vrai, c’est plutôt naze. Et pourtant nous n’avions pas de grandes expectatives. C’est assez cher (même avec la réduction offertes par nos fausses cartes étudiantes brésiliennes périmées) et c’est assez chiant.

Ushuaïa fût aussi l’occasion de faire du couchsurfing chez un chef de Cordoba qui a pas mal bourlingué. Juan qu’il s’appelle. Un jour, il a fait un barbeuc’ sur une montagne de Torres del Paine, il sait faire d’excellentes sauces, il ronfle fort mais il est sympa.

Nous avons aussi rencontré des piverts au parc national d’Ushuaïa, un couple d’espagnols qui ont rompu au bord de la laguna Esmeralda et nous nous sommes embourbés dans de la tourbe, c’est traire la tourbe.

Ushuaïa c’est sûrement pas que du shampoing, c’est une grande ville qui a perdu un peu de son charme en s’offrant trop aux touristes mais son écrin ne nous laissera jamais indifférents.

Caroline devant le canal Beagle
Abonnez-vous à la newsletter !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *